Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 06 mars 2010

1995, Rolling Stones, le VOODOO au champ de course

Hippodrome de Longchamp

Quand à moi, ce vendredi 30 juin va être des plus occupé en rebondissements mémorables qui m’ont permis d’attendre sans impatience le soir.

Je me dois, encore aujourd’hui de remercier mon Boss, Mr SEURY, qui me fit « passer » en réunion commerciale le matin pour que je puisse être libre à midi.

Je peux donc me présenter, un peu avant 14H00, dans le hall d’entrée somptueux de la station de radio Europe 1.
Quelques instants plus tard (j’avais téléphoné quelques jours auparavant), Nora, l’assistante de François Jouffa vient me récupérer pour me conduire dans le studio Coluche dans lequel je vais assister en direct à l’émission « Vinyl fraise » qu’anime chaque jour François Jouffa.
A la fin de ces deux heures un auditeur de Nice gagnera une Volkswagen golf« Rolling Stones » (rappelons que cette marque était le principal sponsor de cette tournée). Concernant les concerts, Je pus apprendre à François et à Nora la venue de Bob Dylan en première partie de Montpellier. Aussi étonnant qu’il y paraît, ils l’ignoraient….Ils font en conséquence un scoop sur l’antenne ! Et toujours aussi étonnants, ils avouent ne pas pouvoir se procurer des places pour le concert de l’Olympia. Je peux prendre quelques photos et avant de nous quitter ils me tuyautent sur la présence des Stones à l’hôtel Georges V qui se trouve à deux enjambées de Europe 1.

Evidemment devant l’hôtel se presse une foule importante, et il faudra attendre pas mal de temps avant qu’enfin, ils se décident à sortir.
Pour se faire, c’est d’abord le tour des musiciens et des choristes qui sortent pour monter dans un bus qui les attend devant la porte principale. J’ai ainsi la chance de pouvoir approcher Bobby Keys et l’un des choristes.

Puis, sur le coté, par une porte de service ils vont chacun leur tour (chaque arrivée est espacée de quelques minutes) ils vont monter dans les voitures blindées qui doivent les emmener à Longchamp. Le premier a nous saluer est Charlie, accompagné de Madame… Puis Ron Wood….. Suivi deKeith Richard, avec son Father….

medium_1995_jagger_gv.gif



Et enfin Mick Jagger qui a l’amabilité de poser… Manque de pot, je n’ai pu prendre que des photos furtives à bout de bras et n’ai photographié qu’une partie du visage de Mick…..

medium_clip_image004.gif



Tout ça pour arriver en fin de journée et qu’il va falloir s’avancer là-bas où en cette fin de semaine, je vais avoir la grande joie de voir les Stones pour la 7ème fois…..depuis 1966 !
Après avoir laissé la voiture dans le parking du palais des congrès Porte Maillot, je me jette dans le métro ou la « faune » présente en T.Shirt bariolés de Stones laisse prévoir que l’on ne s’est pas trompé de ligne….
Ballade au travers des allées du bois avant de se retrouver face à ce « bulding » qui se dresse sur la pelouse.
Il faut avouer que même prévenu on reste néanmoins le souffle coupé devant les dimensions de ce décor, avec ses tours, et cette espèce de tête de serpent. L’attente commence dès lors, et comme à chaque fois, le temps passe avec des premières parties que l’on apprécie plus ou moins. Pour ce qui me concerne, j’ai vaguement entendu du bruit avec le premier groupe, quant à Bon Jovi, j’avoue que j’avais pensé que ce serait mieux. Ma foi ? Pendant la prestation de Bon Jovi, nous avons droit à une surprise, l’arrivée de Johnny Hallyday, en hélicoptère ! Il viendra se placer juste derrière nous…. A la différence près, c’est que lui était dans les tribunes…..

Et enfin, le soleil, doucement, mais sûrement, descend pour aller passer sa nuit, laissant sa place à ceux que nous attendons tous, les Stones.

C’est alors en même temps que le grand serpent crache ses flammes de venins, que résonne un tempo, joué au tam-tam, le tempo reconnaissable de Buddy Holly ou de Bo Diddley. Jagger arrive suivit de Ron et Keith qui entrent dans le jeu de la batterie avec les premiers accords de Not fade away.. C’est reparti pour plus de deux heures de grand bonheur, ceux qui sont loin peuvent voir sur cet écran qui doit dépasser en dimensions tout ce qui a pu se faire dans ce domaine à ce jour. You got me rocking, et encore Satisfaction, c’est encore et encore le délire.

medium_1995_jagger_sympathy.jpgMick Jagger court de long en large, en pleine forme. Une petite pause, le temps de faire glisser Charlie Watts plus en avant de la scène, de laisser prendre les guitares acoustiques pour Keith et Ron, et ils nous gratifient d’un superbe Angie…. C’est un instant magique dans ce décor monumental qui ne nuit aucunement à cette intimité. L’intro à l’harmonica de Mick, et la chair de poule s’installe, c’est Sweet Virginia… le show reprend sa folie avec un vieux tube It’s all over now qui nous ramène dans les années 60, avec la rythmique comme si on y était, Miss you, que Jagger se plait à faire durer, Honky tonk woman, et le, l’incontournable fantastique Sympathy for the devil, ou comment Mick Jagger nous apparaît avec sa redingote, son chapeau haut de forme et chaussé de binocles noires d’une autre époque.. Dans le même temps les poupées géantes se gonflent pour nous donner un décor hallucinant avec la caricature de Elvis Presley qui dandine lamentablement au dessus de cette scène. Et puis, si quelqu’un du public avait eu envie de s’endormir, ce fut de courte durée quand explose Start me Up qui amène toute la foule à balancer les bras. Bien sûr, It’s only rock n’roll, Brown sugar…..
Et puis bye bye, le temps a bondit trop vite car c’est déjà Jumpin’ jack flash . Et le feu d’artifice comme pour nous dire et nous faire comprendre que c’est bien fini… Dehors, c’est le merdier, on se retrouve tant bien que mal dans le dédale de fourrés, il n’y a pas de lumière. On suit à qui mieux- mieux ceux qui nous précèdent pour enfin arriver à la station de métro pris d’assaut au moment où on nous annonce que c’est le dernier. Plus de correspondance, il me faudra plus de deux heures de marche pour retrouver enfin mon auto et rentrer à Lyon. Heureusement que dans ces cas là résonnent encore longtemps dans la tête les souvenirs de ce grand moment passé avec les Stones.

En reprenant la route, je pense déjà à notre prochain rendez-vous, dans 3 semaines, à Montpellier, le 27 juillet.

medium_1995_longchamp_le_progres.gif

Les commentaires sont fermés.