Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 06 août 2009

1976, les ROLLING STONES à la Villette...

1976, à la Villette
Le retour en France

Le coup d’envoi de leur plus longue tournée européenne est donné à Francfort le 28 avril ; suivent Munster le 3o avril, Hambourg le 2 mai, Berlin le 3 mai, Brème le 4 mai, Bruxelles les 6 et 7 mai, toujours à guichets fermés, Glasgow les 10.11.12 mai, Leicester les 14 et 15 mai, Stattford les 17 et 18 mai, Londres du 21 au 25 mai, La Haye le 29 mai, Cologne le 31 mai, Dortmund les 1er et 2 juin, Pavillon de Paris les 4.5.6.7 juin, Lyon le 9 juin, Barcelone le 11 juin, Nice le 13 juin, Zurich le 15 juin, Munich les 16 et 17 juin, Zagreb les 21 et 22 juin, et Vienne pour finir le 23 juin.

medium_1976_jagger_express.jpg



Venons en donc à ce qui nous intéresse : leur passage à Paris et à Lyon où nous les attendons depuis six ans déjà. La caravane Rolling Stones débarque en premier lieu dans la capitale française avec une logistique digne des manoeuvres militaires si on en juge d’après quelques chiffres : *** 2 millions de dollars pour transporter cinq Rolling Stones, treize camions de matériels, 15 tonnes d’éclairage, une scène d’un million et demi de francs, les 250 000 francs de garde robe de Mick Jagger et les dix huit guitares de Keith Richard. « Ce n’est que du Rock n’ roll » chante Mick Jagger. « C’est bien plus que du Rock n’roll, rectifie le général Rudje, c’est une campagne militaire. » Avec une infra structure jamais vue de mémoire de rock star.*** NOUVEL OBSERVATEUR, 31 mai 1976

Malheureusement, une fois encore ils sont attendus par une certaine presse d’intellectes qui ne se sait plus quoi écrire ou médire pour arriver à trouver l’événement à sensation pour décrier ces musiciens et nous prouver avec leurs arguments imparables qu’ils sont morts et enterrés. Ils tirent à boulets rouges sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à un rolling Stones moyen. ***Cinq soirs de suite, à la sortie des abattoirs de la porte de Pantin, dix sept mille spectateurs n’auront qu’à rentrer chez eux réécouter des vieux trucs. Après s’être rendu à l’évidence : les Stones ne sont plus les Stones et leurs shows ne sont plus des évènements-----Les cinq sales gosses, incarnation de tous les outrages, sont aujourd’hui les associés d’une entreprise multinationale. Et leurs concerts sanglants sont réduits à des rendez-vous d’affaires.----- Automate au ressort cassé, pantin à ficelles usées, la Rolling-star en est réduite à se plagier elle- même. Jagger force ses mimiques, charge ses jeux de scène. Il parodie sans y croire, son image de marque. La féroce bête se déguise en perruche, le sauvage de banlieue se fait geisha maniérée, ses grimaces arrogantes deviennent du marivaudage.----- On va les voir comme on allait voir Piaf à la fin de sa vie-----Le-plus-grand-groupe-rock-du-monde, celui dont on achète le dernier disque le matin de sa parution, dont on négocie les billets au marché noir dix fois leur valeur, n’est plus qu’une machine qui tourne à vide.----- « This is the last tour “ la nouvelle se confirme : c’est leur dernière tournée, les Stones se séparent.----- Ce n’était que du rock n’ roll mais c’est bien dommage.***MARIELLA RIGHINI, NOUVEL OBSERVATEUR, 31 mai 1976. Les Stones se produisent les 4,5,6,7 juin, l’article est daté du 31 mai…

N’empêche qu’ils sont bien là, et le public plus nombreux que jamais est au rendez-vous. ***Le premier groupe anglais de rock n’ roll aux abattoirs de la Villette. ROLLING STONES : LE BRUIT ET LA FUREUR. Dès l’annonce de la venue à Paris des Rolling Stones, plus de 80 000 billets avaient été vendus en une seule journée. Pourtant leur tournée européenne entamée voici un mois à Francfort, a soulevé un flot de critiques acerbes : « La plus grande machine à fabriquer le rock n’ roll s’est détraquée », « Mick Jagger se parodie lui-même… » etc. Pourquoi ce tumulte dans la presse et cet engouement de leurs fidèles ? Parce que les Rolling Stones ont su aussi s’attacher en treize ans un public d’inconditionnels. Et se forger une légende au parfum de soufre.***LE FIGARO, 6 juin 1976.

C’est donc dans les colonnes de ce grand quotidien parisien, habituellement peu branché rock n’ roll que nous trouvons un assez bon article où il remarquable de noter qu’ils ne démolissent pas le groupe, mais tentent avec une certaine lucidité une analyse pour présenter au mieux les Rolling Stones, fait de société, à leurs lecteurs ou aux détracteurs de notre band britannique préféré.*** Jamais, avant eux, un groupe musical n’avait réussi à faire naître dans son public des réactions aussi démesurées. Ils cristallisent, à chacune de leur apparition en scène, tout ce que recherche une certaine partie de la jeunesse : le défoulement collectif atteignant au paroxysme, la révolte contre la société et un système vomis de manière manichéenne. Les Stones n’ont pas suivi les divers mouvements de contestation qui embrasèrent l e monde étudiant occidental dans les années 60. ils les ont précédés. Par instinct. Leur musique est aussi violente que les paroles qu’elle véhicule. Une impressionnante batterie d’amplificateurs, des percussions, une basse « ronflante » contribue à créer un son personnel et surtout une atmosphère envoûtante où la puissance des décibels se dispute à l’excentricité du chanteur Mick Jagger.----- En 1976, ils semblent assagis, peut-être parce qu’ils vivent au quatre coins de la planète, ne se réunissant que pour enregistrer un album et en assurer la promotion tel BLACK AND BLUE, leur 19ème et dernier 33 tours qui allie une fois encore rock n’ roll et douces ballades. La spécialité des Stones. Car on oublie trop souvent qu’ils sont aussi les compositeurs de chansons comme love in vain *erreur de l’édito, superbement interprétée par les Stones, mais pas écrit par eux, ou ventilator blues.-----La tournée des Rolling Stones sera un échec proclame-t-on de toutes parts. Mais un échec dans la gloire et le succès : à Londres, un concert récent donné devant 18 000 personnes avait suscité un million et demi de demandes de places. Finis les Stones ? On annonce encore une fois leur séparation prochaine. En oubliant, en apparence, qu’ils n’ont jamais été aussi populaires que dans les pires périodes de crise.*** HENRY MONGABURE et JEAN LUC WACHTHAUSEN, LE FIGARO, 6 juin 1976.

medium_1976_presse_paris.gif



Dans LIBERATION, en quelques lignes Gene tire une synthèse quant à la popularité non altérée des Rolling Stones. ***Ils sont venus, ils sont là ! Depuis 1970 interdits de scène en France les Rolling Stones donnaient hier soir leur premier concert en France à la porte de Pantin. Depuis au moins trois ans le bruit courait régulièrement : ils seront à la fête de l’Huma, ils joueront au printemps, sûr et tout… Fausses nouvelles…On avait repris espoir après que Keith Richards ait réglé définitivement ses comptes avec la justice française ! En vain il fallait encore attendre ou se rendre à Bruxelles. Cette fois ils sont en France dans le cadre de leur tournée européenne après celle aux Etats-Unis l’été dernier ? faut-il remercier les organisateurs KCP et RTL ? On le saura après ces concerts précédés de la parano la plus totale : le GUD, le GAJ, les loubards, les catcheurs et les flics allaient être au rendez-vous si l’on en croyait les bruits les plus farfelus qui couraient… des milliers de faux billets se seraient subrepticement répandus sur le marché alors que les places au noir attendraient des prix extravagants 150, 200 voir 500 F ! Toujours est-il que les organisateurs ont des insomnies qu’ils ont eues de longs entretiens avec la police qui aurait accepté de ne pas être présente…. En fait, il faut savoir pourquoi on veut aller au concert, écouter les Stones, s’éclater un soir, se frapper comme le veut la tradition des concerts des Stones en France. Hier à l’ouverture des portes, les inévitables motards de la Bastille et les catcheurs aux pectoraux enveloppés d’orange étaient là, mais ni plus ni moins agressifs que d’habitude et tout s’annonçait cool… tous les beaux jeunes gens qui se pressaient devant les barrières à l’ouverture des portes étaient venus pour écouter les Stones et l’heure n’était pas à l’agressivité ni à la parano. Le public français changerait-il, on l’espère vraiment…*** GENE, LIBERATION, 7 juin 1976.

medium_1976_un_peu_eloige_du_rock.gif

dimanche, 02 août 2009

1975, un certain Ron WOOD

Pour combler le vide laissé par Mick Taylor de nombreux noms sont avancés. On parle de Jeff Beck, de Peter Frampton, de Jimmy Page, d’Eric Clapton, de Rory Gallagher ou même de Ron Wood. C’est le 14 avril 1975, que par un communiqué on apprend que l’heureux élu sera Ron Wood en tant qu’accompagnateur des Stones durant la prochaine tournée mondiale.

medium_1973_avenue.gif



L’annonce de la tournée américaine se fait, comme presque tout le temps, d’une manière fracassante sur la 5ème avenue de New York, à bord d’un camion sur lequel les Stones à cette occasion offrent un concert des plus inattendu à la veille de leur nouveau départ sur les routes. Les tournées, on s’en rend compte au fur et à mesure que les années passent drainent un public de plus en plus énorme. 50 000 personnes, le 7 juin, font ainsi la queue au soleil pendant plus de 8 heures devant le stadium de Kansas City pour assister au concert. Des centaines de malaises sont à déplorer ! 55 000 personnes se pressent au County stadium de Milwaukee ; 80 000 au stade de Cleveland (Ohio).

medium_1975_us_tour.jpg



En six soirées ils rassemblent 120 000 spectateurs au Madison square garden. Les Stones ne remplissent plus dorénavant que des stades ou d’immenses salles omnisports, innovant sans arrêt coté décor de scène. Ainsi lors de cette tournée cette fameuse scène à étoiles repliable (que nous ne verrons pas en Europe) placée au milieu du stade dont les pétales s’ouvrent pour laisser apparaître leurs majestés au centre. Pour cette tournée les Stones auront assuré 45 concerts, et suscité, encore et encore, bien des commentaires journalistiques.

***Mick Jagger, c’est la superstar. Combinaison blanche, moulée à craquer autour du corps et du sexe, collier de cuir clouté or, chevelure aux épaules, piscines, grosses motos, les plus belles filles de l’Angleterre, l’accueil de l’aristocratie, l’argent par les fenêtres. Et aussi une violence sauvage et sans scrupule, comme dans « orange mécanique » : on massacre aussi bien les fillesque les garçons, avec un sadisme souriant et puéril.*** M.C. L’EXPRESS, 3 août 1975.

C’est en novembre que nous avons la confirmation qu’une tournée européenne aura bien lieu en 1976. Avec cette fois la France sur le parcours (Ils préparent d’ailleurs cette tournée en répétant dans une villa à coté de Mougins en compagnie de Billy Preston). En cette fin d’année Mick Jagger confirme aussi que Ron Wood participera à l’enregistrement du prochain disque des Stones et qu’il repartira avec eux en tournée.
En clair Ron Wood devient officiellement et définitivement un « Stone ».

medium_logo_fin_de_page.9.jpg