Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 19 novembre 2009

1990, Steel Wheels, Turin, Pragues

28 juillet, Turin,

Mon enthousiasme communicatif, surtout quand il s’agit des Rolling Stones, entraîna quelques amis à regretter de n’être pas aller à Marseille pour les voir le 20 juin. Chacun d’entre eux ne les ayant d’ailleurs jamais vu. En examinant une carte routière de plus près, à l’évidence il apparaît que Turin est à portée de voiture. Après concertation, la décision est vite prise : nous irons voir les Stones à Turin ! Un détour à la FNAC de Lyon, entre deux rendez-vous commerciaux, et voilà les billets in the poche. Les concerts ont lieu le 28 et 29 juillet, et le 28 tombe un samedi, ainsi personne n’aura à manquer le travail.

Nous nous donnons rendez-vous à Lyon où j’attends Christian, Jean Marie et Geneviève qui viennent de Valence, et Serge qui arrive de l’Ain. Trois heures, à peine, de voiture plus tard, nous voilà arrivé devant ce superbe stade olympique de Turin où grouille une multitude de personnes.
De nombreux vendeurs de T-shirts à la sauvette nous accostent, il en vient de partout. Il faut dire que les T-shirts, dont certains de très bonne qualité, sont bon marché, ce qui nous permit d’en acheter plusieurs afin de pouvoir en offrir au retour à Lyon. Bien sûr, il faut pénétrer dans l’enceinte du stade, pour se faire, le cérémonial est toujours le même pour franchir la barrière de sécurité : fouille, etc…. Mais comme à Marseille, tout se passe bien.
Bien sûr, une fois à l’intérieur, Turin ressemble à Marseille ou Paris, à priori la même scène, le même show. En fait, assister à un deuxième, offre l’avantage, hormis le plaisir de les revoir si peu de temps après, de connaître une partie de ce que l’on va revoir, mais d’être étonné par le « comment ça marche », puisque attentif à l’effet qui va suivre. Par exemple Mick jagger qui prend un ascenseur situé derrière la scène pour se retrouver tout en haut de la tour pour attaquer Sympathy for the devil. Il redescend par les mêmes moyens pour bondir sur le devant de la scène où l’attendaient les autres en jouant l’intro… Please let me introduce myself….
Un mois après c'est bien encore l'émerveillement, avec les frissons en prime, la magie des rolling stones est infaillible. Je ne saurais encore aujourd’hui décrire l’étonnement, la joie qu’ont ressentie mes amis qui voyaient pour la première fois les rolling Stones dont je leur avais si souvent et tant parlé, sans jamais pouvoir modérer ma passion pour cette musique tellement bien servie par ce grand groupe. Après le concert nous avons repris la route pour faire quelques kilomètres, le temps de trouver un coin de champ pour planter les guitounes pour passer la nuit qui fût assez courte. Nous prenons un petit déjeuner en Italie en parlant, entre deux croissants, des grands moments d’émotion vécus durant le concert d’hier soir. Nous achetons la Stampa, le seul journal disponible dans ce coin perdu d’Italie, c’était dimanche matin ! Chacun est ensuite reparti, avec ses souvenirs, de son côté en se promettant d’être présent, sans aucune hésitation, à la prochaine fois.

medium_1990_turin.gif



Après Marseille, Paris, Turin, les Rolling Stones font un crochet par Berlin, où ils jouent le 13 et 14 août. Eddy qui se trouvait là-bas à ce moment-là, et bien qu’il ne les ait pas vus en concert, me rapporta un super cadeau : l’affiche STEEL WHEELS 90 des concerts berlinois.

Pragues...Pour achever cette mémorable tournée européenne 1990 ils acceptent pour la première fois de jouer en Tchécoslovaquie, à Prague.C’est un scoop du Progrès de début août qui nous l’apprend : « *** Le premier concert du groupe Rolling Stones en Tchécoslovaquie aura lieu le 18 août prochain dans un grand stade sportif à Prague devant quelque 100 000 spectateurs, selon le contrat signé hier à Vienne. Le Président Havel assistera au concert a indiqué aux journalistes le musicien Ladislav Kantor, chef du secrétariat du Président havel. Le légendaire groupe de rock présentera dans la capitale tchèque son programme « Rolling Stones Urban Jungle Europe 1990 ».*** LE PROGRES, 11 août 1990.

L’événement historique sera grandement rapporté par plusieurs grands quotidiens français, comme le Journal du dimanche qui remarque : « A Prague, Jagger tire la langue à Staline ».*** « Les tanks sont partis, les Rolling Stones arrivent. ». C’est au son de ce slogan scandé par 110 000 personnes que le groupe anglais a été accueilli, hier soir, pour un concert unique à Prague. Ultime étape de leur tournée mondiale démarrée voici tout juste un an.------Budapest et Varsovie avaient été préalablement choisies par les Stones pour y diffuser leur rock à l’Est. Jusqu’à ce que Vaclav Havel, ami de Lou Reed, de Zappa et de Paul Simon, demande personnellement au groupe de se produire dans sa ville. Le Président-écrivain recevait d’ailleurs Mick Jagger, quelques heures avant le concert.------ Dans la foulée (Mick Jagger) il a même fait placer en ville un logo géant des Stones-La fameuse langue tirée- sur le socle de la statue de Staline.*** CARLOS GOMES, JOURNAL DU DIMANCHE, 19 AOUT 1990.

medium_1990_prague.gif



Nice matin du 19 annonce « Les Rolling Stones à Prague » *** C’est le Président Havel qui a décidé Mick jagger ». « C’est une grande occasion pour nous de jouer devant des gens qui ne pouvaient pas nous écouter dans le passé », a déclaré le guitariste Keith Richard avant que les Rolling Stones allaient donner hier soir au stade Spartakiadni dans le cadre de leur tournée « Urban Jungle ».*** NICE MATIN, 19 AOUT 1990.
Lyon matin se fit aussi écho de cette date mémorable : « Les Rolling Stones à Prague, 110 000 fans, Vaclav Havel a assisté au concert » *** très populaire en Tchécoslovaquie depuis les années 60, mais sous surveillance après l’écrasement du « printemps de Prague », le rock a triomphé samedi au stade Strahov à Prague avec un concert nostalgie des Rolling Stones qui a rassemblé 110 000 fans enthousiasmes. *** LYON MATIN, 20 AOUT 1990. Et le Progrès, pour ne pas être en reste : « POUR LA PREMIERE FOIS EN TCHECOSLOVAQUIE. Les Rolling Stones en concert à Prague. ».

medium_1990_la_scene.gif



C’est ainsi, juste avant l’ultime show en Angleterre, que se termine cette nouvelle inoubliable tournée, cuvée 1990.

medium_logo_fin_de_page.14.jpg

mercredi, 11 novembre 2009

1990, l'Urban Jungle à Paris

Paris, 22.23.23 juin...

Après la liesse que connurent les Stones à Marseille, c’est le rendez-vous avec la Capitale française qui les attend. Il est prévu 3 soirs, les 22, 23, et 25 qui comme on s’en rappelle a sans doute été rajouté à la place de Lyon !!!!

Là encore, les 3 concerts vont drainer et enflammer un immense public. Tiens, même qu’à Lyon il nous fut possible d’avoir quelques échos dans notre principal quotidien Le Progrès.

« LES STONES AU PARC, SATISFACTION »

L’auteur de la chronique du jour nous commente le passage des Stones comme on le ferait pour une rencontre de foot-ball, stade obligeant sûrement…*** Les Pierres liftées roulent sur l’or mais ils n’ont pas roulé leur public. L’entreprise Jagger a encore du jus. Au Parc des princes, pas de ballon, pas d’arbitre, pas de hooligans, juste une foule bon enfant qui découvre (pour les teen-agers) ou retrouve (pour les papis et mamies rockers) une drôle d’équipe ; le dernier match en 82 n’avait été guère concluant, mis à part la dernière demi-heure de tir-au-tubes. Mais en huit ans, on a le temps d’oublier, de se refaire un mythe, une attente et même un groupe, un bon groupe pour une tournée. Même si le capitaine-entraîneur Jagger s’est entre temps égaré en solo en seconde division.------ Deux heures du mat’ dans un pub rock des halles, devant une petite centaine d’attablés, un obscur trio de jeunots reprend Jumping jack flash entre un Lou Reed et un Who. A un moment donné, le chanteur demande à l’assistance : y’en a qui étaient au « Parc » ? Le oui est quasi général. La plupart des consommateurs vient de passer son bac ou fréquente la fac. La moyenne d’âges des Stones est 48 ans. *** BRUNOS THOMAS, LE PROGRES, 23 JUIN 1990.

medium_1990_les_stones_au_parc.gif



Le lendemain, alors qu’on n’en attendait pas autant, nous avons droit à une deuxième couche : « ET JAGGER APPARUT EN REDINGOTE VERTE… » *** Ils étaient 60 000 au parc des princes pour fêter le retour des Stones. Jubilatoire, géant ! Vingt sept ans de gloire et ça roule toujours plus fort pour les Stones. Hier au parc des princes, les cinq caillasses ont rendu fous de bonheur les 60 000 personnes (ados, curieux, parents mordus et jeunes grands-papis et mamies nostalgiques) massées. Il n’est pas jusqu’aux plus réticents (déçus par leur dernier spectacle de 82) ou au plus mal léchés (victimes du temps maussade) qui n’aient déposé les armes devant la bande à jagger.------ Chaque titre claque comme une victoire scandée par une foule chauffée à blanc. Dans cette pâmoison suprême, arrivent en triomphe les maîtres jockers « Satisfaction », « Brown sugar », « Jumping jack flash » et un feu de bicentenaire du 14 juillet ! Bref, la plus improbable exploration du temps restera la plus dingue de l’histoire du rock. ***MONIQUE PREVOST, LE PROGRES, 24 JUIN 1990.

Nous aurons droit à quelques mots sur le parc en lisant le 24 juin le dossier « LES GRANDS CONCERTS SE MEURENT » que nous avons évoqué lors de l’annulation du concert prévu à Lyon. *** Au cœur de la verdure proche de l’hippodrome d’Auteuil à Paris, la jungle de béton du parc des princes accueille, jusqu’à lundi, la multinationale Rolling Stones, pour trois concerts de cet « Urban jungle Tour » 1990, qui bat tous les records de popularité (cent cinquante mille personnes au total !). Dès les premières mesures, c’est l’évidence ; ce show sera bien meilleur que celui de 1982. le parc des princes explose d’entrée, quand les feux de Bengale jaillissent devant la scène et illuminent l’intro hyper électrique de Start me up. Le départ est fulgurant, et pendant deux heures et demie les Stones ne relâcheront jamais la pression ; *** YVON RONDU, LE PROGRES, 25 JUIN 1990.

Quant à Libération, en avant-première des concerts parisiens, titre « IT’S ONLY ROLLING STONES » « Avant hier, ils transformaient Marseille en feu de Bengale sous la pluie : quel meilleur résumé pour ce gigantesque final enter Jungle rock et Urbanité , Avant Marseille c’était les Pays-Bas, et ce week-end, Paris ». ils nous sortent un papier de plusieurs pages, pour nous présenter, nous représenter devrais-je dire, les Rolling Stones et plus particulièrement Mick Jagger dans une interview qui nous ramène à l‘enfance de Mick Jagger avec le genre de questions dignes d’un Psy : « Quelle type de musique écoutait-on chez les Jagger ?--- Etiez-vous ce qu’on appelle un enfant gâté ? --- Comment avez-vous réagi à la naissance de votre frère ?…. ». It’s pas vraiment rock n’ roll tout ça !….. M’enfin ?

medium_1990_parc_des_princes.gif

07:46 Publié dans MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loisirsculture, livre