Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 29 janvier 2010

1992 ... le départ de Bill Wyman !

Fin 1992 , Bill Wyman s’éclipse discrètement du groupe. L’heure de la séparation semble consommé lorsqu’on découvre fin 91 un article de Paris Match annonçant « du rififi chez les Stones » et la probable explosion du groupe. Deux pages d’interview, somme toute assez banales donne néanmoins l’occasion à Bill, le Fantôme, de se laisser aller à un aveu quand le journaliste lui fait remarquer qu’il paraît si loin de tout lorsqu’il est sur scène. *** En fait, placide comme je suis, je suis le spectateur de deux shows à la fois : ces quatre types qui fond des bonds sur la scène à ma droite et, devant moi des milliers de personnes qui donnent elles aussi, un spectacle à part entière.*** d’après ROMAIN CLERGEAT, PARIS MATCH 1991.

medium_1991_du_riffifi.jpg



Un peu plus tard Mick Jagger se laissera aller à quelques commentaires sur Bill Wyman qui n’était déjà plus un Stone. *** « C’est quelque chose de terrible. Je ne sais pas comment je vais le vivre. Je crois que Bill en avait marre. Sur la dernière tournée, pourtant, les choses paraissaient bien se passer pour lui. Il a suffisamment d’argent, et je présume qu’il désirait tourner la page. Nous n’avons pas parlé ensemble,mais je ne pense pas que nous engagerons un bassiste permanent. Nous allons enregistrer un autre album studio, suivi d’une tournée et, au bout d’une période de deux, on fera le bilan. » *** d’après FRANCOIS JOUFFA, les Stones, 40 ans de rock n’roll.

Bill Wyman quitte officiellement le groupe le 6 janvier 1993 prétendant que sa fortune , son restaurant (Sticky Finger à Londres) et la rédaction de ses mémoires vont désormais lui suffir, nous faisant quand même en partant un petit salut à sa manière : *** « j’ai été un Stone durant trente ans, avec plein de souvenirs particuliers . Cela a été merveilleux. Je crois que les deux dernières années passées avec eux ont été les meilleures que nous avons connues. Je suis donc plutôt content de m’arrêter après cela. »*** IDEM.

Pendant cette période on assiste en même temps à une course effrénée entre Mick Jagger et Keith Richards, à savoir qui de l’autre sortira son album solo le premier. C’est ainsi que nous pourrons écouter l’album de Keith avec The X-Pensive Wino’s live at the Hollywood palladium (enrégistré le 15 décembre 1988, aussi en vidéocassette), sorti fin 1991, puis Main offender (mi octobre 1992) et enfin Wandering spirit de Mick Jagger (son 3ème album) le 8 février 1993.

medium_1992_album_solo.gif

06:13 Publié dans MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : loisirsculture, livre

lundi, 11 janvier 2010

1991, ... Flashpoint

1991, ... Flashpoint, les Stones à la GEODE en IMAX !

Il nous faudra alors attendre quelques mois, pour que de nouveau, l’actualité se tourne sur les Rolling Stones. Cela a lieu en avril de cette année 1991. Comme nous l’espérions, ils nous offrent un nouvel album live qui résume les deux tournées STEEL WHEELS/URBAN JUNGLE. Nous y retrouvons avec grand plaisirs les principaux morceaux que nous avons écoutés lors des concerts de Marseille ou Turin, notamment la fracassante intro de Start me up ou encore la super version de Paint it black. En prime, nous avons Little red rooster avec Eric Clapton.
A propos de la sortie de cet album, FLASHPOINT, Yvon Rondu écrit dans le Progrès LES STONES DEVANT L’ETERNEL. *** Le plus grand groupe du monde lors de sa tournée gigantesque : FLASHPOINT , cinquième album en public des Stones, est la conclusion logique d’un come-back programmé sur deux ans, et totalement réussi. Les Stones sont désormais réellement passés dans la légende, aux portes de l’éternel, canonisés de leur vivant à l’aube de la cinquantaine.*** Yvon RONDU , le PROGRES , 28 avril 1991.

Et toujours sur cette nouvelle galette, Philippe Manœuvre, chroniqueur de Rock et Folk et Monsieur Es-Rolling Stones, nous avouera : « Je m’excuse d’insister encore, mais ce disque-là, le Stones en public (le cinquième !), c’est un de ceux que je vais garder….. Ces Stones, je vais en faire mon disque de réveil, mon disque de virée et mon disque de tout un tas de chose… »

Un peu plus tard sur la fin de l’année, on retrouve Keith Richard en Espagne. Plus précisément à Séville, le 17 octobre devant un très large public. C’est pendant les préparatifs de l’exposition universelle 1992, que pendant huit jours est organisé le festival « Guitar Legends », durant lequel se produiront de très grandes stars de la guitare comme B.B KiNG, Bo Diddley, ou encore Jack Bruce (ex Cream), Bob Dylan et… Keith Richard.

medium_1991_flashpoint.gif



Après l’album FLASHPOINT , nous avons droit en cette fin d’année, décidemment carrément Stones, à la sortie d’un film qui sera projeté à la Géode de la Cité des sciences à Paris. Ce film intitulé Rolling Stones at the MAX nous permet de revivre les concerts de Urban Jungle comme si on était avec les Stones sur scène ! Ce film est diffusé à partir du 28 octobre 1991 et à cette occasion, Mick Jagger présent pour le lancement déclare : *** Les Rolling Stones ont encore un avenir, un avenir artistique je ne sais pas, du point de vue commercial en tout cas oui.*** VAR MATIN , octobre 1991.

A cette époque le siège social de la société qui m’employait se situait à Paris et j’eus donc la chance de pouvoir assister en février 1992, à une projection, et pendant une heure trente le bonheur de se retrouver au cœur du concert, savourant Brown Sugar, Honky tonk woman, Ruby Tuesday ou Satisfaction, bien calé dans mon fauteuil, mais presque à « pouvoir toucher » chacun des Stones tant l’effet relief/stéréophonie rend le spectacle magique (Ce procédé très sophistiqué permet une projection sur un écran hémisphérique d’un diamètre de 26 m, soit 180 degrés et dépasse très largement le champ maximal de vision d’un être humain qui est de 120 degrés à l’horizontal et 140 degrés à la verticale). Il est vrai que la cassette vidéo commercialisée plus tard ne donne en aucun cas ces sensations de proximité qui font dire à Mick Jagger avec humour, qu’avant « il n’avait jamais vu les Rolling Stones en concert »….

medium_1991_imax.gif



Pour rester un instant dans le domaine du cinéma Mick Jagger annonce qu’il tourne dans un film de science fiction Free Jack dans lequel il joue un tueur à gages.

medium_1992_free_jack.jpgA ce propos il rencontrera quelques déboires avec le Japon lors du lancement de Free Jack dans ce pays. En effet les services d’immigration japonais sont très sourcilleux vis-à-vis des vedettes étrangères condamnées dans le passé pour consommation de drogue, même si ce n’est pas sur le territoire japonais. C’est ainsi que Mick Jagger, sur la liste noire, n’avait pu se rendre au Japon en 73. Autorisé à s’y rendre en 88 et 90, il aurait oublié cette fois de faire sa demande pour son arrivée à Tokyo.

medium_1991_le_japon.gif



Ce qui nous valut *** Le Japon se méfie de Mick Jagger. Après une journée d’attente à l’aéroport international de Tokyo-Narita, le chanteur britannique Mick Jagger a obtenu hier un visa spécial du ministre de la justice lui permettant d entrer sur le territoire japonais. Arrivé dimanche pour lancer son dernier film au Japon, Mick Jagger s’était vu refuser l’entrée du territoire par les services d’immigration de Narita, en raison de son passé de consommateur de stupéfiants.*** LE PROGRES, 18 février 1992.

08:15 Publié dans MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loisirsculture, livre