Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 25 juin 2010

2003, l'Olympia

Avant l’Olympia !

« Les Stones ont rendez-vous avec le Tout-Paris » *** « Un MYTHE qui rencontre un mythe ». Arnaud Delbarre, directeur de l’Olympia, résume ainsi l’évènement de ce soir : les Rolling Stones sont de retour dans le temple du music hall, théâtre de leur première prestation française, le… 20 octobre 1964. depuis, Mick Jagger et sa bande avaient déjà réinvesti les lieux, en 1995, pour un concert unique. Et aujourd’hui, comme il y a huit ans, c’est le rendez-vous le plus couru du moment, qui vient conclure la semaine parisienne du groupe, commencée lundi à Bercy et poursuivie avant-hier au Stade de France……. Pour les déçus qui resteront à la porte, une dizaine de caméras devraient immortaliser ces retrouvailles mythiques.*** EMMANUEL MAROLLE, AUJOURD,HUI, 11 JUILLET 2003.

Et après…..

« L’Olympia, au plus près des Rolling Stones ». ***……..Généreux jusqu’au bout, Mick Jagger a fermé sa semaine parisienne par une enfilade de tubes inaltérables : Honky tonk woman (rock salace), Tumbling dice (sermon blues), Brown sugar (métaphore érotico narcotique) et surtout Jumping jack flash avec sa morale béate (« avant c’était l’enfer, maintenant c’est génial, génial, génial ! ») et son intro de guitare à vous clouer sue le plancher de l’Olympia. « Chaque fois que je la joue, dit Richard, quelque chose se noue dans mon estomac, avec un sentiment d’immense exaltation ». Partagé. *** CARLOZ GOMEZ, LE JOURNAL DU DIMANCHE, 13 JULLET 2003.

Et enfin Libération, ce jour de fête nationale, à coté de « Chirac au défilé des tracas », « Sympathy for the Stones » *** La presse était unanime, mais les bootlegs de la tournée américaine n’expliquaient pas un tel enthousiasme……. Vingt sept ans plus tard le groupe n’a pas tant changé, tout en ne cessant de se redéfinir. La décision de proposer dans chaque grande ville, trois concerts radicalement différentsrévélant même une conscience du monde à plusieurs vitesses socioculturelles…….. Les fans manquent s’évanouir quand résonnent Hand of fate de Black and blue ciselé, Worried about you hurlé en falsetto par Jagger au piano électrique, The Nearness of you (jamais enregistrée par le groupe), restent interdits devant les classiques chauffés à blanc. Entre cabaret rock acéré et music hall flamboyant, ce concert des Stones, une fois publié, pourrait s’imposer comme le meilleur live officiel de leur histoire.*** ERIC DAHAN, LIBERATION, 14 JULLET 2003.

medium_2003_liberation_chirac.gif



Fin juillet, comme en 1990, en 1995, puis en 1998, ils effectuent une petite halte à Pragues. Ils y fêterons l’anniversaire de Mick Jagger, 60 ans, lors d’un concert devant 60 000 personnes, avant que Mick ne reçoive un cadeau du président Vaclav Havel.

Deux évènements vont clore cette exceptionnelle année Rolling Stones.
Le premier c’est la parution d’un luxueux coffrets, FOUR FLICKS de 4 DVD’s, cadeau indispensable à recevoir en fin d’année.
Ces DVD’s nous transportent aux quatre coins de la planète durant les deux ans que dura la tournée. On peut ainsi se retrouver dans des conditions privilégiées devant les spectateurs au Madison square garden , dans le stade de Twickenham ou à l’Olympia. Le 4ème DVD résume les préparatifs de cette folle tournée Forty Licks Tour 2000/2003.

Le second, c’est le gag jaggérien en décembre, alors que Monsieur Jagger devient Sir Mick. En effet, il est fait chevalier et reçoit la médaille des mains du prince Philip. La reine a fait de Mick un « SIR » pour sa contribution à la musique. Keith Richard ne semble pas goûter à la plaisanterie. *** « Je pense qu’il est ridicule d’accepter un de ces médaillons émanant de l’establishment alors qu’ils ont tout fait pour nous jeter en prison ». *** L’ INDEPENDANT, 12 DECEMBRE 2003. …… *** « Je n’ai pas tellement envie de monter sur scène avec quelqu’un qui porte une putain de couronne et une vieille hermine » *** AUJOURD’ HUI, 13 DECEMBRE 2003.

Mick Jagger ayant quand même fait remarquer : *** « C’est très agréable de recevoir des honneurs et en même temps de ne pas avoir à les prendre trop sérieusement. Il faut les prendre avec légèreté et ne pas se laisser aller en se prenant trop au sérieux » *** MIDI LIBRE, 17 DECEMBRE 2003.

Espérons que cette mauvaise blague que Mick Jagger a fait à son Pote Keith Richard ne remettra pas en cause l’existence du groupe.

medium_2004_sir_jagger.gif



Cette année 2003, qui voit ici la fin, à ce jour, de mon aventure, s’achève par « LA QUESTION »….

Reviendront-ils ?

C’est à Sacha Reins que je laisse le soin de répondre en vous rapportant quelques lignes écrites dans le numéro de rock et Folk de décembre. *** Après les concerts de Hong Kong, la tournée 40 licks sera officiellement terminée -- mais il faut s’attendre à revoir les Stones très prochainement -- . Mick Jagger nous a confié qu’ils pensaient déjà aux prochains concerts et, comme nous le disions au début, la stratégie semble changer. Stratégie ? Peut-être pas, ils en ont simplement marre des longues tournées mais ont retrouvé la joie de jouer ensemble. Keith conclut : « Nous sommes des musiciens, c’est ce que nous savons faire, c’est ce que nous aimons faire. On ne cherche pas à battre des records mais tout simplement à jouer. Pour nous, il n’ y a pas d’âge de retraite, ni de pension. Moi, tout ce que je souhaite, c’est continuer à jouer avec mon groupe le plus longtemps possible et le plus régulièrement possible. Louis Armstrong ou Muddy Waters n’ont rien fait d’autre toute leur vie. » *** SACHA REINS, ROCK ET FOLK, DECEMBRE 2003.

medium_2004_nous_jouons_rock.gif



Les Rolling Stones de nouveau sur scène… Chez nous…

Et si c’était l’année prochaine ?.......

15:06 Publié dans MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loisirsculture, livre

mercredi, 23 juin 2010

2003, Licks in Paris

Les lendemains de Bercy !

« Les Rolling Stones, à fond la forme ! ». *** Tel un furieux, Keith richard a empoigné sa guitare. Mick Jagger est apparu, se déhanchant déjà comme un jeune homme. Plutôt en forme les Rolling stones en concert hier soir au Palais omnisports de Bercy pour le premier de leurs trois concerts parisiens. Fidèles à leurs (mauvaises) habitudes, les premiers titres n’étaient pas exactement calés : un Street fighting man aux allures de bouillie sonore, un It’s only rock n’roll (But i like it) approximatif qui portait bien son nom, ou encore If you can rock me criard. A la limite peu importait : ces sexagénaires toujours vaillants fonctionnent depuis toujours à l’énergie, et laissent la sauce prendre petit à petit…….. « Bêtes de scène » au sens propre du terme, leurs mines réjouies et leur répertoire vieux de trente ans faisaient plaisir à voir et à entendre, comme si, à travers eux, on pouvait s’imaginer que la vraie vie commence réellement à 60 ans et que l’abus de décibels ne nuit définitivement à la santé.***SEBASTIEN CATROUX, AUJOURD’HUI, 8 JUILLET 2003.

medium_2003_afond.gif



Après Bercy….

« Rolling Stones : un stade de France pour eux tout seul ». on est tout excité à la Dépêche au lendemain de la soirée du lundi. Après nous avoir relater que malgré la grève des intermittents, le concert du Stade devrait être maintenu, ils nous font part de l’enchantement éprouvé lors de ce concert à Bercy. *** Avec, toujours en forme, toujours juvénile, toujours déhanché, toujours sautillant (bon, mais pas trop quand même), l’inoxydable Mick Jagger, 60 ans aux prunes, et plus exactement le 26 juillet prochain. A la Satisfaction de son public chéri, il lance, in french dans le texte : « Salut Paris, ça fait plaisir d’être là, vous êtes un public fantastique ! », petite dédicace magique que le vieux renard doit savoir décliner de ses lèvres pulpeuses aussi bien en inuit qu’en tchouvache ou en berbère. A la guitare, l’ éternel Keith Richard flanqué d’un Ron Wood au T-shirt griffé et contrôlé à l’arrière par la rangée de batterie sur laquelle règne Charlie Watts. On dirait que rien n’a changé depuis ce concert mémorable du 24 octobre 1964 à ‘Olympia. Les Stones, lundi soir, comme ce soir, ont asséné tous leurs standards, ceux qui font si bon dans les oreilles de leurs inconditionnels. Ils ont clos leur aventure à Bercy avec l’incontournable I can get no Satisfaction. Le public, lui, visiblement en redemande. *** LA DEPECHE DU MIDI, 9 JUILLET 2003.

Et le Stade de France !

*** « Les Rolling Stones joueront bien ce soir ». Ouf ! Les fans des Stones peuvent être soulagés. Le concert des rockers britanniques, prévu ce soir au Stade de France, aura bien lieu. Un épilogue heureux d’incertitude liée au mouvement de intermittents du spectacle. *** AUJOURD’ HUI, 9 JUILLET 2003.
A noter, pour l’anecdote que le producteur des Rolling Stones , Michael Cohl, a accordé une prise de parole aux intermittents en première partie du concert donné au Stade de France.