Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 11 janvier 2010

1991, ... Flashpoint

1991, ... Flashpoint, les Stones à la GEODE en IMAX !

Il nous faudra alors attendre quelques mois, pour que de nouveau, l’actualité se tourne sur les Rolling Stones. Cela a lieu en avril de cette année 1991. Comme nous l’espérions, ils nous offrent un nouvel album live qui résume les deux tournées STEEL WHEELS/URBAN JUNGLE. Nous y retrouvons avec grand plaisirs les principaux morceaux que nous avons écoutés lors des concerts de Marseille ou Turin, notamment la fracassante intro de Start me up ou encore la super version de Paint it black. En prime, nous avons Little red rooster avec Eric Clapton.
A propos de la sortie de cet album, FLASHPOINT, Yvon Rondu écrit dans le Progrès LES STONES DEVANT L’ETERNEL. *** Le plus grand groupe du monde lors de sa tournée gigantesque : FLASHPOINT , cinquième album en public des Stones, est la conclusion logique d’un come-back programmé sur deux ans, et totalement réussi. Les Stones sont désormais réellement passés dans la légende, aux portes de l’éternel, canonisés de leur vivant à l’aube de la cinquantaine.*** Yvon RONDU , le PROGRES , 28 avril 1991.

Et toujours sur cette nouvelle galette, Philippe Manœuvre, chroniqueur de Rock et Folk et Monsieur Es-Rolling Stones, nous avouera : « Je m’excuse d’insister encore, mais ce disque-là, le Stones en public (le cinquième !), c’est un de ceux que je vais garder….. Ces Stones, je vais en faire mon disque de réveil, mon disque de virée et mon disque de tout un tas de chose… »

Un peu plus tard sur la fin de l’année, on retrouve Keith Richard en Espagne. Plus précisément à Séville, le 17 octobre devant un très large public. C’est pendant les préparatifs de l’exposition universelle 1992, que pendant huit jours est organisé le festival « Guitar Legends », durant lequel se produiront de très grandes stars de la guitare comme B.B KiNG, Bo Diddley, ou encore Jack Bruce (ex Cream), Bob Dylan et… Keith Richard.

medium_1991_flashpoint.gif



Après l’album FLASHPOINT , nous avons droit en cette fin d’année, décidemment carrément Stones, à la sortie d’un film qui sera projeté à la Géode de la Cité des sciences à Paris. Ce film intitulé Rolling Stones at the MAX nous permet de revivre les concerts de Urban Jungle comme si on était avec les Stones sur scène ! Ce film est diffusé à partir du 28 octobre 1991 et à cette occasion, Mick Jagger présent pour le lancement déclare : *** Les Rolling Stones ont encore un avenir, un avenir artistique je ne sais pas, du point de vue commercial en tout cas oui.*** VAR MATIN , octobre 1991.

A cette époque le siège social de la société qui m’employait se situait à Paris et j’eus donc la chance de pouvoir assister en février 1992, à une projection, et pendant une heure trente le bonheur de se retrouver au cœur du concert, savourant Brown Sugar, Honky tonk woman, Ruby Tuesday ou Satisfaction, bien calé dans mon fauteuil, mais presque à « pouvoir toucher » chacun des Stones tant l’effet relief/stéréophonie rend le spectacle magique (Ce procédé très sophistiqué permet une projection sur un écran hémisphérique d’un diamètre de 26 m, soit 180 degrés et dépasse très largement le champ maximal de vision d’un être humain qui est de 120 degrés à l’horizontal et 140 degrés à la verticale). Il est vrai que la cassette vidéo commercialisée plus tard ne donne en aucun cas ces sensations de proximité qui font dire à Mick Jagger avec humour, qu’avant « il n’avait jamais vu les Rolling Stones en concert »….

medium_1991_imax.gif



Pour rester un instant dans le domaine du cinéma Mick Jagger annonce qu’il tourne dans un film de science fiction Free Jack dans lequel il joue un tueur à gages.

medium_1992_free_jack.jpgA ce propos il rencontrera quelques déboires avec le Japon lors du lancement de Free Jack dans ce pays. En effet les services d’immigration japonais sont très sourcilleux vis-à-vis des vedettes étrangères condamnées dans le passé pour consommation de drogue, même si ce n’est pas sur le territoire japonais. C’est ainsi que Mick Jagger, sur la liste noire, n’avait pu se rendre au Japon en 73. Autorisé à s’y rendre en 88 et 90, il aurait oublié cette fois de faire sa demande pour son arrivée à Tokyo.

medium_1991_le_japon.gif



Ce qui nous valut *** Le Japon se méfie de Mick Jagger. Après une journée d’attente à l’aéroport international de Tokyo-Narita, le chanteur britannique Mick Jagger a obtenu hier un visa spécial du ministre de la justice lui permettant d entrer sur le territoire japonais. Arrivé dimanche pour lancer son dernier film au Japon, Mick Jagger s’était vu refuser l’entrée du territoire par les services d’immigration de Narita, en raison de son passé de consommateur de stupéfiants.*** LE PROGRES, 18 février 1992.

08:15 Publié dans MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loisirsculture, livre

jeudi, 19 novembre 2009

1990, Steel Wheels, Turin, Pragues

28 juillet, Turin,

Mon enthousiasme communicatif, surtout quand il s’agit des Rolling Stones, entraîna quelques amis à regretter de n’être pas aller à Marseille pour les voir le 20 juin. Chacun d’entre eux ne les ayant d’ailleurs jamais vu. En examinant une carte routière de plus près, à l’évidence il apparaît que Turin est à portée de voiture. Après concertation, la décision est vite prise : nous irons voir les Stones à Turin ! Un détour à la FNAC de Lyon, entre deux rendez-vous commerciaux, et voilà les billets in the poche. Les concerts ont lieu le 28 et 29 juillet, et le 28 tombe un samedi, ainsi personne n’aura à manquer le travail.

Nous nous donnons rendez-vous à Lyon où j’attends Christian, Jean Marie et Geneviève qui viennent de Valence, et Serge qui arrive de l’Ain. Trois heures, à peine, de voiture plus tard, nous voilà arrivé devant ce superbe stade olympique de Turin où grouille une multitude de personnes.
De nombreux vendeurs de T-shirts à la sauvette nous accostent, il en vient de partout. Il faut dire que les T-shirts, dont certains de très bonne qualité, sont bon marché, ce qui nous permit d’en acheter plusieurs afin de pouvoir en offrir au retour à Lyon. Bien sûr, il faut pénétrer dans l’enceinte du stade, pour se faire, le cérémonial est toujours le même pour franchir la barrière de sécurité : fouille, etc…. Mais comme à Marseille, tout se passe bien.
Bien sûr, une fois à l’intérieur, Turin ressemble à Marseille ou Paris, à priori la même scène, le même show. En fait, assister à un deuxième, offre l’avantage, hormis le plaisir de les revoir si peu de temps après, de connaître une partie de ce que l’on va revoir, mais d’être étonné par le « comment ça marche », puisque attentif à l’effet qui va suivre. Par exemple Mick jagger qui prend un ascenseur situé derrière la scène pour se retrouver tout en haut de la tour pour attaquer Sympathy for the devil. Il redescend par les mêmes moyens pour bondir sur le devant de la scène où l’attendaient les autres en jouant l’intro… Please let me introduce myself….
Un mois après c'est bien encore l'émerveillement, avec les frissons en prime, la magie des rolling stones est infaillible. Je ne saurais encore aujourd’hui décrire l’étonnement, la joie qu’ont ressentie mes amis qui voyaient pour la première fois les rolling Stones dont je leur avais si souvent et tant parlé, sans jamais pouvoir modérer ma passion pour cette musique tellement bien servie par ce grand groupe. Après le concert nous avons repris la route pour faire quelques kilomètres, le temps de trouver un coin de champ pour planter les guitounes pour passer la nuit qui fût assez courte. Nous prenons un petit déjeuner en Italie en parlant, entre deux croissants, des grands moments d’émotion vécus durant le concert d’hier soir. Nous achetons la Stampa, le seul journal disponible dans ce coin perdu d’Italie, c’était dimanche matin ! Chacun est ensuite reparti, avec ses souvenirs, de son côté en se promettant d’être présent, sans aucune hésitation, à la prochaine fois.

medium_1990_turin.gif



Après Marseille, Paris, Turin, les Rolling Stones font un crochet par Berlin, où ils jouent le 13 et 14 août. Eddy qui se trouvait là-bas à ce moment-là, et bien qu’il ne les ait pas vus en concert, me rapporta un super cadeau : l’affiche STEEL WHEELS 90 des concerts berlinois.

Pragues...Pour achever cette mémorable tournée européenne 1990 ils acceptent pour la première fois de jouer en Tchécoslovaquie, à Prague.C’est un scoop du Progrès de début août qui nous l’apprend : « *** Le premier concert du groupe Rolling Stones en Tchécoslovaquie aura lieu le 18 août prochain dans un grand stade sportif à Prague devant quelque 100 000 spectateurs, selon le contrat signé hier à Vienne. Le Président Havel assistera au concert a indiqué aux journalistes le musicien Ladislav Kantor, chef du secrétariat du Président havel. Le légendaire groupe de rock présentera dans la capitale tchèque son programme « Rolling Stones Urban Jungle Europe 1990 ».*** LE PROGRES, 11 août 1990.

L’événement historique sera grandement rapporté par plusieurs grands quotidiens français, comme le Journal du dimanche qui remarque : « A Prague, Jagger tire la langue à Staline ».*** « Les tanks sont partis, les Rolling Stones arrivent. ». C’est au son de ce slogan scandé par 110 000 personnes que le groupe anglais a été accueilli, hier soir, pour un concert unique à Prague. Ultime étape de leur tournée mondiale démarrée voici tout juste un an.------Budapest et Varsovie avaient été préalablement choisies par les Stones pour y diffuser leur rock à l’Est. Jusqu’à ce que Vaclav Havel, ami de Lou Reed, de Zappa et de Paul Simon, demande personnellement au groupe de se produire dans sa ville. Le Président-écrivain recevait d’ailleurs Mick Jagger, quelques heures avant le concert.------ Dans la foulée (Mick Jagger) il a même fait placer en ville un logo géant des Stones-La fameuse langue tirée- sur le socle de la statue de Staline.*** CARLOS GOMES, JOURNAL DU DIMANCHE, 19 AOUT 1990.

medium_1990_prague.gif



Nice matin du 19 annonce « Les Rolling Stones à Prague » *** C’est le Président Havel qui a décidé Mick jagger ». « C’est une grande occasion pour nous de jouer devant des gens qui ne pouvaient pas nous écouter dans le passé », a déclaré le guitariste Keith Richard avant que les Rolling Stones allaient donner hier soir au stade Spartakiadni dans le cadre de leur tournée « Urban Jungle ».*** NICE MATIN, 19 AOUT 1990.
Lyon matin se fit aussi écho de cette date mémorable : « Les Rolling Stones à Prague, 110 000 fans, Vaclav Havel a assisté au concert » *** très populaire en Tchécoslovaquie depuis les années 60, mais sous surveillance après l’écrasement du « printemps de Prague », le rock a triomphé samedi au stade Strahov à Prague avec un concert nostalgie des Rolling Stones qui a rassemblé 110 000 fans enthousiasmes. *** LYON MATIN, 20 AOUT 1990. Et le Progrès, pour ne pas être en reste : « POUR LA PREMIERE FOIS EN TCHECOSLOVAQUIE. Les Rolling Stones en concert à Prague. ».

medium_1990_la_scene.gif



C’est ainsi, juste avant l’ultime show en Angleterre, que se termine cette nouvelle inoubliable tournée, cuvée 1990.

medium_logo_fin_de_page.14.jpg