Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 20 décembre 2011

1995, 120 000 fans à PRAGUES


120 000 fans à Pragues... Stripped...


Après la France, une des villes visitées par la tournée fût, comme en 1990, pour URBAN JUNGLE, Pragues. *** « STONES » ; 120 000 fans des Stones, dont le Président tchèque Vaclav Havel et le premier ministre Vaclav Klaus, ont goûté dans la nuit de samedi à dimanche au concert praguois des Rolling Stones, le plus important en termes d’affluence de la tournée « VOODOO LOUNGE ».*** MIDI LIBRE, 7 AOUT 1995

medium_1995_la_tele.gif



La fureur, qui a largement alimenté les pages des magazimes télé, est maintenant retombée.

Pour se remémorer tous ces instants inoubliables il y aura les quelques spéciales données par les diverses chaînes de télé et surtout les bonnes surprises que les Rolling Stones nous réservent en cet automne 1995. Tout d’abord un « single » avec le titre phare Like a rolling stones, puis l’ album STRIPPED qui est en fait un live enrégistré en acoustique dans lequel il se trouve des extraits du concert donné en juillet à l’Olympia.
Bien entendu ces versions sont sublimes, I’m free, Angie, Wild horses, ou Sweet virginia, et cela ne fait que rajouter aux regrets de ne pas avoir pu faire partie des vraiment trop rares privilégiés qui se sont pressés à l’Olympia.

medium_1995_stripped.gif



La sortie de STRIPPED en novembre redonnera l’occasion de retrouver les Rolling Stones au travers d’articles écrits çà et là dans les journaux avec quelques titres plaçant désormais les Stones dans l’intemporel.
Ainsi, Info matin en octobre, évoquant la sortie du single Like a rolling stone, et révélant la date (13 novembre) de la parution du nouvel album STRIPPED .*** Le plus grand groupe de rock du monde ne fait jamais rien comme les autres. Avec « STRIPPED » … les Stones sortent un mix d’unplugged, de live, et d’électroacoustique. Big satisfaction…., et nous proposent aux passage quelques propos de Keith Richard donnant son avis sur la longévité désormais, sans borne, du groupe : …..« Les Rolling Stones sont en forme pour jouer encore un siècle » ou encore « Malade, je jouerai dans mon lit. Je jouerai tant que des gens m’écouteront. S’il n’y en a plus, je jouerai seul ». *** INFO MATIN, 24 OCTOBRE 1995.

Jamais les derniers pour parler des Stones, dans Libération, le jour de la sortie de STRIPPED, il nous apprennent qu’on peut aussi acheter un CD-ROM, lequel propose un jeu, où l’on est l’invité virtuel d’une « party » des Stones. C’est tout naturellement qu’ils titrent « Les Stones entre futur et passé »…*** Le nouvel album des Rolling Stones « STRIPPED », qui sort officiellement aujourd’hui, marque, de la part du groupe, un véritable retour aux sources, coté musique, et une volonté de se projeter dans le futur, coté CD-ROM. STRIPPED qui a le blues tout en jouant avec l’avenir…Le nouvel album des Rolling Stones n’est pas un album de plus, amis un disque pas comme les autres qui prouve, à sa façon, que le plus vieux groupe de rock n’roll n’a pas fini de rouler sa bosse. Entre retour aux sources et regard tourné vers le futur, les Stones conjuguent leur musique à tous les temps, réconciliant passé et avenir. L’émotion intacte en prime. *** MAURICE ACHARD, LIBERATION, 13 NOVEMBRE 1995.

medium_1995_passe_et_futur.gif



Et nous terminerons cette fantastique année 1995 avec quelques lignes trouvées dans BEST de décembre *** Ces mecs là ont out vu, tout vécu, ils ont donné à leur rock une dimension supraterrestre à coup de gigantisme et d’idées folles. Et les voilà rendus au plus simple : « on prend des guitares et on va taper le bœuf dans les clubs ou des petites salles. Comme au début. Là, on n’aura pas besoin de rajouter des tonnes de hurlements pour mettre l’ambiance, tout passera à travers le micro chant ou les instruments. *** BEST, DECEMBRE 1995.

Et enfin, vous avez aussi la possibilité, bien caler dans un fauteuil de reprendre 95 minutes de bonheur en visionnant la cassette VOODOO LOUNGE, en souhaitant, comme chaque fois, que ce n’était pas « la dernière »….

18:23 Publié dans MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : rockin'daddy

dimanche, 27 novembre 2011

1969, 6 décembre, le cauchemar d'Atlamont

Gimme shelter ; donne-moi un abri.

Il y a eu le festival de Woodstock, 3 jours de musique d’amour et de paix. Ou du moins, peut-être ce que l’on a bien voulu nous montrer. ***Woodstock s’inscrivait dans la lignée du désert vivant et le monde du silence, en plus le sujet était à la mode. n’ayez plus l’air d’un con, allez voir Woodstock, vous pourrez causer avec votre voisin de palier.*** SACHA REINS BEST N°32..

Il y a eu Atlamont !!!! Les Rolling Stones effectuent une tournée aux Etats Unis, la 6ème. Gimme Shelter (film sorti en cassette vidéo) montre les principales étapes de cette épopée. Et surtout relate cet incroyable festival d’Atlamont en Californie.

Jumping jack flash. Nous sommes au Madison square garden de New York. Mick Jagger, coiffé d’un haut de forme aux couleurs américaines, un foulard de soie rose autour du cou. La salle est archi-comble. Tout se passe à merveille ; I can’t get no Satisfaction. Il y a Satisfaction, toujours Satisfaction.

medium_stones_madison_69.jpg

 

medium_atlamont_2.jpg



Gimme shelter montre les 5 compères dans les hôtels, prenant possession de leurs chambres avec beaucoup d’agitation. Ils répondent aux questions des journalistes d’une façon désinvolte lors des conférences de presse. A la question êtes-vous satisfaits de votre carrière, Mick Jagger répond « du point de vue sexuel ou philosophique ? Un des grands moments de ce documentaire, c’est la séance d’enregistrement de Sticky fingers. Les Stones écoutent la bande. Les images nous montrent des musiciens amoureux de leur musique. Scène fantastique quand Keith Richard, allongé, les yeux mi-clos mime Wild Horses que chante Jagger. Il y a aussi le passage, sans doute le plus beau, où la poésie des Stones est savamment exploitée. Mick Jagger chante Love in vain, les images défilent au ralenti, découpant les gestes du chanteur que l’on voit en superpositions de face, de profil. La musique traîne, douce, merveilleuse.


Puis ce sont les préparatifs de ce concert gratuit qui devait avoir lieu à San Francisco et qui se voulait un nouveau Woodstock. On change plusieurs fois de cites (les autorités de la ville ayant refusé la permission de jouer dans le parc attenant au Golden gate bridge). Les avocats et autres hommes d’affaires des Rolling Stones s’affairent. Il y a les problèmes administratifs qui paraissent insurmontables (assurances, parkings, sanitaires, etc…), ça va très mal. Enfin l’autodrome d’Atlamont est choisi. Le propriétaire offre gratuitement le circuit de vitesse, à la seule condition de bénéficier de la publicité. Le podium est monté à la hâte. Les jeunes américains (the boys comme dit l’avocat à l’énorme cigare) sont déjà en route pour ce concert gratuit. Ce concert qui est un remerciement des Stones pour l’accueil triomphal qui leur a été réservé durant cette tournée. Des files de voitures s’étalent sur plusieurs kilomètres. Une foule immense qui marche pour se rendre là-bas. Les vendeurs d’herbes.
Le service d’ordre est assuré par les redoutables Hell’s Angels californiens ! Ces hirsutes barbus motorisés qui rappellent les sinistres nazis qu’ontconnu nos Parents. Ces individus qui ont pour dieu un monstre d’acier avec un moteur sans âme, et pour religion la violence sauvage et gratuite. Dès le début du concert on se sent mal à l’aise (pourtant, nous ne sommes que dans une salle de cinéma !),les Hell’s Angels se croient obligés,en pire que leurs homonymes policiers d’état, à faire respecter l’ordre ! Ils frappent notamment le chanteur de Jefferson Airplane qui assurait une première partie de ce show. Ils occupent constamment la scène arrogants, plein de suffisance, daignant de temps à autres, laisser un peu de place pour que les musiciens puissent jouer ? Les Hell’s Angels armés de queues de billard frappent systématiquement, avec rage, tous ceux, qui à leur goût, s’approchent un eu trop près du podium.

medium_1969_angels.jpg



Les Stones sont enfin sur scène. Il fait nuit. L’atmosphère est de plus en plus lourde, de plus en plus explosive. Nous sommes bien loin, très loin de cette ambiance de paix et d’amour que voudrait voir planer Mick Jagger (nous sommes le 6 décembre 1969, à quelques jours des fêtes de fin d’année). Les Stones jouent apparemment sans conviction, le cœur n’y est plus, la peur est sous-jacente. Sympathy for the devil ! On se bat devant le podium. Les stones arrêtent de jouer une première fois ! Mick réclame le calme en essayant quelques mots de plaisanterie « nous avons toujours des ennuis avec le diable ! ». les morceaux se succèdent mais Mick le showman, le violent, le rocker est immobile. Il ne saute pas comme il le fait à chaque concert. Les Stones sont nerveux, les Stones ne maîtrisent pas ! Rien ne va plus, ils ne sont plus maître du spectacle. Que faire ? Arrêter de jouer ou continuer le show ? Ils optent pour la continuation du concert. Ont-ils fait le bon choix, il fallait se décider vite. Interrompre le show c’eut peut-être, sûrement déclencher le détonateur qui aurait donné libre court à une gigantesque explosion de violence. Under my thumb. Ce qui va se dérouler est hallucinant. Le drame, ce Noir, vêtu d’un costume vert, qui revolver en main se précipite. Un Hell’s Angel le maîtrise, un autre a un poignard, il l’utilise, frappe. Un mort ! les Stones essaient vainement de ramener le calme. Ils sont crispés.

Ce groupe qui depuis ses débuts déclenche l’enthousiasme, voire l’hystérie des foules, est là, abasourdi. Les Stones sont stupéfaits, désemparés face à cette masse incontrôlable, indomptable. Ils sont pourtant rôdés aux publics houleux et à certains débordements. Les Stones, les Grands ont dû se sentir bien petits ce triste 6 décembre 1969. Le spectacle s’achève dans une atmosphère d’angoisse. Ce sont des Stones complètement affolés qui fuient cet endroit en s’engouffrant à qui mieux-mieux dans l’hélicoptère surchargé et les emmènent loin de ce cauchemar d’Atlamont, dont malheureusement il sera très souvent question dans les médias. *** l’hélicoptère personnel des Stones qui emporte le groupe après le concert semble quitter la terre où grouille une forme difforme, droguée, hurlant à la violence et à la mort, pour une planète lointaine où les dieux impuissants à aider le bonheur des mortels, pourront connaître l’indifférence en toute quiétude. Malheureusement, la planète lointaine n’est qu’une salle de montage où les dieux, solitaires et silencieux, revivent les évènements avec stupéfaction et dégoût. *** JACQUES PRAYER, EXTRA SEPTEMBRE 1971.
Les dernières images du film nous montrent un Mick Jagger visionnant le meurtre.

medium_1969_jag_visio.jpg



Il mesure sans doute son impuissance, lui, le leader charismatique du groupe de rock le plus célèbre et le plus fascinant du monde depuis Elvis Presley. Ce film laisse une impression malsaine. Ces Hell’s Angels qui apparaissent sur leurs chevaux d’acier. Cette poignée de brutes saoules qui sèment la terreur envers des milliers depersonnes, venues se distraire. Cela amène à nous poser des questions qui dépassent largement le cadre d’un simple concert des Rolling Stones. Qu’est le fascisme, et où commence-t-il ? La principale cause du succès de l’aboutissement de ce fascisme naissant n’est-elle pas la passivité des individus ? *** Les protagonistes de Gimme Shelter ne sont pas, contrairement aux apparences, les Rolling Stones, mais une foule apathique, exubérante, mais jamais dangereuse, se laissant imposer par une minorité d’Angels, une loi de haine et de violence.*** JACQUES PRAYER EXTRA SEPTEMBRE 1971.

medium_atlamont_3.jpg



Gimme shelter, donne-moi un abri ! d’accord, mais il faut se battre pour le garder cet abri.

medium_logo_fin_de_page.3.jpg