Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 23 juin 2010

2003, Licks in Paris

Les lendemains de Bercy !

« Les Rolling Stones, à fond la forme ! ». *** Tel un furieux, Keith richard a empoigné sa guitare. Mick Jagger est apparu, se déhanchant déjà comme un jeune homme. Plutôt en forme les Rolling stones en concert hier soir au Palais omnisports de Bercy pour le premier de leurs trois concerts parisiens. Fidèles à leurs (mauvaises) habitudes, les premiers titres n’étaient pas exactement calés : un Street fighting man aux allures de bouillie sonore, un It’s only rock n’roll (But i like it) approximatif qui portait bien son nom, ou encore If you can rock me criard. A la limite peu importait : ces sexagénaires toujours vaillants fonctionnent depuis toujours à l’énergie, et laissent la sauce prendre petit à petit…….. « Bêtes de scène » au sens propre du terme, leurs mines réjouies et leur répertoire vieux de trente ans faisaient plaisir à voir et à entendre, comme si, à travers eux, on pouvait s’imaginer que la vraie vie commence réellement à 60 ans et que l’abus de décibels ne nuit définitivement à la santé.***SEBASTIEN CATROUX, AUJOURD’HUI, 8 JUILLET 2003.

medium_2003_afond.gif



Après Bercy….

« Rolling Stones : un stade de France pour eux tout seul ». on est tout excité à la Dépêche au lendemain de la soirée du lundi. Après nous avoir relater que malgré la grève des intermittents, le concert du Stade devrait être maintenu, ils nous font part de l’enchantement éprouvé lors de ce concert à Bercy. *** Avec, toujours en forme, toujours juvénile, toujours déhanché, toujours sautillant (bon, mais pas trop quand même), l’inoxydable Mick Jagger, 60 ans aux prunes, et plus exactement le 26 juillet prochain. A la Satisfaction de son public chéri, il lance, in french dans le texte : « Salut Paris, ça fait plaisir d’être là, vous êtes un public fantastique ! », petite dédicace magique que le vieux renard doit savoir décliner de ses lèvres pulpeuses aussi bien en inuit qu’en tchouvache ou en berbère. A la guitare, l’ éternel Keith Richard flanqué d’un Ron Wood au T-shirt griffé et contrôlé à l’arrière par la rangée de batterie sur laquelle règne Charlie Watts. On dirait que rien n’a changé depuis ce concert mémorable du 24 octobre 1964 à ‘Olympia. Les Stones, lundi soir, comme ce soir, ont asséné tous leurs standards, ceux qui font si bon dans les oreilles de leurs inconditionnels. Ils ont clos leur aventure à Bercy avec l’incontournable I can get no Satisfaction. Le public, lui, visiblement en redemande. *** LA DEPECHE DU MIDI, 9 JUILLET 2003.

Et le Stade de France !

*** « Les Rolling Stones joueront bien ce soir ». Ouf ! Les fans des Stones peuvent être soulagés. Le concert des rockers britanniques, prévu ce soir au Stade de France, aura bien lieu. Un épilogue heureux d’incertitude liée au mouvement de intermittents du spectacle. *** AUJOURD’ HUI, 9 JUILLET 2003.
A noter, pour l’anecdote que le producteur des Rolling Stones , Michael Cohl, a accordé une prise de parole aux intermittents en première partie du concert donné au Stade de France.

dimanche, 13 juin 2010

2003, Après Marseille, les Rolling Stones débarquent à Bercy et à l’Olympia

C’est l’aveu du Journal du dimanche de ce 6 juillet. *** « Après Marseille, les Rolling Stones débarquent à Bercy et à l’Olympia ». Mick Jagger et sa bande débarquent. Hier à Marseille, demain à Bercy (le 9 au Stade de France et le 11 à l’Olympia), les rockers qui n’ont toujours pas la carte vermeil célèbrent leur tournée-anniversaire Forty Licks.*** LE JOURNAL DU DIMANCHE, 6 JUILLET 2003.

Il est vrai que cette fois encore Lyon n’est pas sur le trajet de cette tournée, donc 3 solutions pour les Lyonnais : soit d’avoir pu aller à Marseille, ou pouvoir se rendre à l’un des trois concerts de Paris, la troisième étant de lire les quelques lignes parues dans le Progrès ce lundi 7 juillet, jour de la première parisienne des Rolling Stones à Bercy. *** « Les Rolling Stones de l’Olympia au Stade de France »….. « Pierres qui roulent » amassent les foules dans la cité phocéenne. La seule concurrence pour les Stones, c’est encore ce bon vieux Mac Cartney……. Les éternelles gloires des années soixante sont de retour dans l’hexagone pour une série de concerts à géométrie variable. Les Rolling Stones auraient pu boucher le vieux port, ils se sont contentés de semer une jolie pagaille dans Marseille. A l’heure du premier rush estival, Jagger et ses complices ont inauguré, samedi soir, leur dixième tournée française en rassemblant plus de 60 000 personnes dans le stade Vélodrome. Ils seront ce soir à Bercy (une première devant 17 000 personnes) et mercredi au Stade de France (60 000 spectateurs). Vendredi, ils feront leur retour à l’Olympia devant 2 000 privilégiés.***THIERRY MEISSIREL, LE PROGRES, 7 JUILLET 2003.

medium_2003_aujourd_hui.gif



Pendant que la majorité des Corses votaient pour le « non », Aujourd’hui nous annonce que « C’est la semaine des Rolling Stones ». et salue la venue du groupe mythique qui sera ce soir sur la scène du palais omnisports Paris Bercy, avant le Stade de France et l’Olympia, trois lieux très différents pour trois concerts qui ne se ressembleront pas non plus.*** Le groupe commence par Bercy ce soir. Il investira ensuite le Stade de France mercredi et l’Olympia vendredi. Trois concerts dans trois lieux de taille différente. C’est ainsi dans chaque pays que traversent les britanniques au cours de leur tournée mondiale entamée en septembre dernier aux Etats-Unis. Les places pour Bercy et l’Olympia se sont envolées en quelques heures. Le Stade de France affiche lui aussi complet…… Pourtant, au vu de plusieurs de leurs performances cette saison, les Rolling stones ont réussi à nous faire oublier tout ce grand cirque qui accompagne tous leurs déplacements. Loin d’une avalanche de chiffres, d’un passé sulfureux alimenté par le célèbre adage « sexe, drogue et rock n’roll », le groupe en très grande forme, revient à l’essentiel : sa musique.*** EMMANUEL MAROLLE, AUJOURD’HUI, 7 JUILLET 2003.

Philippe Manœuvre, dans le même journal, à propos de cette tournée que l’on dit l’une des meilleures des Rolling Stones : « Cela bouge perpétuellement, chaque chanson possède un décor particulier avec des jeux d’écran. Et, en même temps, il n’y a plus de surenchères type poupées gonflables géantes comme on peut en voir dans ce genre de spectacles. Ils ont totalement renouvelé le genre. Aujourd’hui, les concerts en stade sont entourés d’un arsenal technologique. Avec les Stones, il n’y a plus rien du tout, c’est toujours cinq crétins qui font du rock. Pendant le concert de Toronto auquel j’ai assisté, Keith Richard est tombé dans la fosse et les autres continuaient « It’s only rock n’roll ». C’est pour ce genre de choses qu’on les aime. Parce qu’ils restent humains avant tout…….. Les gens ne viendraient pas aux concerts que par nostalgie. Ils veulent aussi voir comment évoluent leurs vieux copains. Et on se rend compte que leur musique se durcit et qu’aujourd’hui encore, avec eux, tout peut arriver ».

« Les Rolling Stones sont toujours au sommet. Fourbus, meurtris, blasés, cassés sans doute. Mais paradoxalement, toujours prompts à dégainer et à s’enflammer », c’est dans ces termes que Libération les annonces en « SUPERSTONIQUES ». *** Tournée exceptionnelle pour les quarante ans du groupe…….. Leur règne ,un secret qui, quelle qu’en soit la teneur, n’est en tout cas guère pesant, si l’on s’en tient à l’ambiance exceptionnelle dans laquelle baigne cette énième tournée planétaire, censée célébrer les quarante ans ( ?!!!) de règne absolu des Rolling Stones. Ce groupe de blues dépenaillé de Chelsea auquel les experts prédisaient, dès son apparition en 1963, une carrière forcément exceptionnelle : « la plus courte ». un siècle après, les pseudo loubards de jadis sont toujours au sommet……. Jamais les Stones n’ont paru à ce point maîtrisé leur sujet. Musicalement, techniquement, humainement même. Comme si, à l’orée de la soixantaine satanique prospère, ils retrouvaient un semblant d’humanité. Et que contrairement à ce qu’ils ressassent depuis toujours, ils obtenaient enfin Satisfaction. *** SERGE LOUPIEN, LIBERATION, 7 JUILLET 2003.

medium_2003_liberation.gif

08:55 Publié dans MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rockin'daddy