Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 05 juillet 2016

2003, 5 juillet à Marseille

2003, 5 juillet à Marseille
Rendez-vous au Stade Vel'



Ce matin, nous prenons la route en fin de matinée, direction Marseille. Car aujourd’hui, c’est samedi, et de plus nous sommes le 5 juillet !

Arrivés vers midi, une petite pause resto au bord de la Canebière, où déjà nous croisons les premiers T-shirts qui déambulent sur les quais du port de la célèbre sardine. Avant de rechercher l’hôtel (ils sont tous archi-pleins car en plus des Rolling Stones au stade Vélodrome, se déroulent en même temps à Marseille une Gay-pride l’après midi, la coupe de France de Pétanque et la coupe du monde de la voile), nous partons en quête des différents quotidiens marseillais annonçant notre concert.

Honneur à la Marseillaise que nous lisons en premier, avec « Vélodrome, la folie des Rolling Stones ». *** D’abord commençons par répondre à la question que tout le monde se pose : sera-ce, ce soir au stade Vélodrome, treize ans après leur premier passage en ce lieu, le dernier concert des Rolling Stones à Marseille ? Méga tour entamé en septembre 2002 aux States, Forty Licks est-elle la dernière « grosse tournée » des Mick, Keith Ron et Charlie ? Evidemment la réponse est non. Depuis quarante trois ans qu’ils existent, même aux pires moments de brouille, de bagarres, d’addiction aux produits les plus divers, de panne artistique, les Pierres qui roulent n’ont jamais cessé de jouer, ne s’arrêtent guère plus de deux ans de suite au milieu des années 80. Alors gageons que dans dix ans, même sur des fauteuils roulants, les Glimmer Twins (Mick Jagger et Keith Richard : « nous sommes jumeaux nés de mères différentes) reviendront à Marseille…….. Qu’est-ce qui fait rouler les Stones ?........Serait-ce l’argent ? Mmm… Peut-être…….Est-ce plutôt la musique qui pousse ainsi nos artistes à reprendre régulièrement la route ? Mmm… Pas vraiment……….Alors serait-ce la gloire, qui leur fait si fréquemment re-enfourcher leurs instruments et revêtir leurs costumes de scène ? La question mérite d’être posée. A soixante ans, anobli, l’an dernier par la Reine d’Angleterre, Mick Jagger n’a jamais paru aussi jeune et plein de morgue. Héros et influence majeure de palanquées de guitaristes, pour le meilleur comme pour le pire, Keith Richard n’a jamais semblé autant à l’aise aujourd’hui que dans son rôle de papy flingueur à l’éternel bandana en guise de serre tête. Et Charlie Watts ne s’est jamais montré plus placide, ni Ron Wood plus affûté qu’aujourd’hui………En quarante trois ans de carrière, marqués par davantage de bas que de haut, les Stones sont ainsi morts deux, peut-être trois fois. Et ils sont toujours là. Voyous rangés des voitures peut-être, créateurs plus inspirés sans doute, mais plus sales gosses que jamais. *** , LA MARSEILLAISE, 5 JUILLET 2003.

medium_2003_solides_comme_le_roc.gif



En second nous explorons la Provence qui pense que « les Rolling Stones veulent faire oublier Johnny ». incroyable, ils ne peuvent pas s’empêcher de nous le ramener sur le tapis, comme pour se convaincre eux-mêmes qu’on peut en quoi que ce soit comparer les Stones avec cet ersatz de Rockeur. Le seul point commun pourrait, à défaut, être la scène qu’il copie (la seule chose qu’il réussisse à faire, car pour le reste ?) depuis bientôt plus de 10 ans ! Cette scène, jamais égalée comme en témoigne le patron du cirque Rolling Stones. *** « le défi, sourit Jake Berry, directeur de production des Stones, c’est de faire passer le décor du concert précédent plus minuscule. La scène que nous installons est la plus grande du monde. Avec quatre écrans géants indépendants et un ring qui avancera au milieu du public. Le plus grand groupe de rock du monde y interprétera trois chansons. Mais impossible de vous dire lesquelles. De toute façon, je ne sais pas ce qu’ils chanteront. Ils ont répété presque 150 titres et ils sont devenus, en 40 ans, l’histoire du rock »…….

medium_2003_centaine_dates.jpg

Qu’on se le dise, donc, les « pierres qui roulent » ne sont pas uniquement de mythiques machines à fric. Ces humanoïdes grimés par le rock ont même plutôt fière allure, malgré 60 printemps imbibés de drogues et d’alcools de toutes origines. Sur scène, Jagger, Richard, Wood et Watts, accompagnés de Darryl Jones à la basse et Bobby Keys en tête d’une impressionnante section de cuivres, dament toujours le pion à la jeunesse électrique. En témoigne cette rougeoyante langue de Shiva qui servira, une fois de plus, d’emblème à plus de deux heures d’un show huilé aux Street fighting man, Jumping jack flash et autres Sympathy for the Devil. Vous en prendrez bien une léchouille ? *** FRANCOIS TONNEAU, LA PROVENCE, 5 JUILLET 2003.

medium_2003_johnny.gif



Ceci dit, nous sommes prêts !

Nous quittons l’hôtel vers 18 H30. Métro la Timone. Changement Castellane où les voitures se transforment en boîtes de sardines humaines. A la station du stade, un CRS avec beaucoup de courtoisie nous indique le meilleur chemin pour nous rendre à Jean Bouin-Michelet. Comme l’a chanté Bob Dylan, The times are changing (les temps changent) quand on sait qu’en 1966 c’était la fête à la castagne avec en prime un séjour dans leur panier à salade ?

Après présentation des précieux billets et être passés à la fouille de rigueur (appareils photos interdits), une petite halte devant les boutiques où sont vendus à prix d’or T-shirts, casquettes et autres souvenirs des Cailloux !
C’est alors la découverte de la scène monumentale qui nous attend.
La première partie est assurée par un groupe irlandais très corrects the Stéréophonics.

A l’entrée du stade il était offert à chacun d’entre nous un CD 5 titres.

medium_2003_show.gifIl est environ 21 H30 quand un déluge de son et de lumières accueillent l’arrivée des ROLLING STONES sur cette immense scène.

Derrière eux se déroule sur toute la hauteur un décor sur lequel on retrouve la langue de l’affiche de la tournée 2003. Au fil des chansons ce décor est remplacé par 2, 4, 8 ou 1 écran qui occupent toute la surface de ce mur métallique.

Pendant deux heures et quart, ils nous gratifient d’un concert dont l’essentiel des titres est un retour à leurs sources. La plupart des morceaux sont ceux qu’ils jouèrent en 1970 au Palais des sports de Lyon-Gerland. Brown sugar, Midnight rambler, Wild horses, Sympathy for the devil…
A mi concert les Stones se rendent sur une petite plateforme circulaire située au centre du stade et interprètent I just want make love to you, Like a rolling stones et Street fighting man. Les veinards proches de cette scène reçurent les baguettes de Charlie Watts.

Satisfaction accompagné d’un ouragan de confétis rouges annonce la fin du concert…

Jumpin jack flash pour le dernier rappel, les Stones nous saluent avant le feu d’artifice final qui nous confirme que c’est bien fini.

medium_lick_s_tour_marseille_5_juillet_2003_3.jpg



Dehors, ce n’est pas la sardine qui obstrue la bouche de métro, mais plus de 50 000 fans qui comme nous, ont sûrement encore les refrains qui résonnent dans la tête.

Pour couronner cette grande messe du rock n’ roll à Marseille, le beau temps était de la fête, et ce soir, vers minuit nous n’avons pas vu The Midnight rambler (le rôdeur de minuit) mais une foule de très jeunes et de plus vieux partager une incommensurable joie d’avoir passé cette INOU-BLIABLE soirée avec les Rolling Stones.

jeudi, 12 juin 2014

2007, 18 juin, les ROLLING STONES à LYON

... Déjà 7 ans !!!!

L'équipée STONES de Rockin'Daddy à LYON .... Ephéméride

28 mars
Il n'est pas encore 9 H50, la sympathique vendeuse à AUCHAN accepte néanmoins de me vendre les 4 précieux sésames, plus de 10 minutes avant l'ouverture.

Dès lors le compte à rebours a commencé.... Et les évènements, enviables par plus d'un, s'enchaîner !!!

13 juin
Cet après-midi, de retour de ma ballade VTT, je trouve un message sur le répondeur du téléphone, et un e-mail.

Je rappelle donc Thierry Meissirel, du journal LE PROGRES, qui me fait l'amitié d'une petite interrogation pour un article qu'il publiera sur les pages spéciales Rolling Stones dans le numéro de dimanche matin. Il me demande de lui envoyer quelques photos souvenirs de "mon passé" Stones.

L'auteur de l'e-mail était Frédéric Crouzet, journaliste à 20 minutes (Lyon) qui me soumet au même excercice que Thierry pour sa note qui paraîtra lundi matin.

Dans les 2 cas, c'est avec une fébrilité non feinte que le Dad' a vécu ces 2 "interviews" téléphoniques...


16 juin
A peine arrivés à LYON, avec Corinne nous prenons de suite la direction du stade de GERLAND (mes cousins qui vont gentiment nous nourrir ces trois jours résident à quelques centaines de mètres de là).
La chance nous souriant, nous avons pu pénétrer dans l'enceinte et prendre quelques clichés de la scène en montage.

Stade de GERLAND .... 15 H 30

d64ed9dcb73e0cf33d6508479575267c.jpg

 

0149957a8b9d0976a2a88f47eb8d98f7.jpg



17 juin
Milieu de matinée, vers 9 H00, achat de la presse lyonnaise et parisienne. LE PROGRES offre deux belles pleines pages.

479f22f9b2af1dbf845b41594d2e3f51.jpg


Daddy, le PROGRES 17 juin.JPG

Puis un nouveau petit tour d'inspection vers le stade où nous découvrons cette impressionnante armada de camions.

1bb419446e53b4d4621b83fbaac7b488.gif




C'est vers 15 H00 qu'une nouvelle bonne surprise nous attend. Un coup de fil de "Bitch"... Patricia nous annonce qu'ils, Acdcstones, Stonewinos et Julia, sont arrivés à GERLAND.
Le temps de se mettre d'accord, et c'est ainsi que nous avons fini l'après-midi ensemble en parlant, BIEN EVIDEMMENT de musique, des Stones et de TWIS....

e1f25d81018ab4ddf02ca4fe9fbf1d57.gif


gerland 17 juin 2007.gif

Il est un peu plus de vingt heures quand nous nous quittons en nous promettant de nous revoir demain avec les gens de télévison... On se téléphonera !

18 juin
... 13 H30,

Corinne et moi mangeons chez mes Cousins dont le balcon donne sur le parking !!!
Nous sommes à environ 400 mètres du stade.

Depuis un moment ils ont commencé les balances.

Concert LIVE !!! GEANT !!!

Le parking commence aussi à bien se remplir !

a9019725de15e246080712ddd5c18348.jpg



à 17 H00, rendez-vous avec l'équipe FR3.... L'aventure lyonnaise des STONES continue....

Vers 16 H30, après plusieurs échanges téléphoniques (la stratégie du reportage évolue quelque peu au fil des heures), Julien et son équipe viennent nous cueillir avec une voiture FR3 et nous emmènent, Corinne et moi aux abords du stade.... Devant l'entrée nord où sont agglutinés des dizaines de personnes piétinnant d'impatience.

C'est là que l'interview d'avant concert a lieu...

afb4040ae0ed831196148e534010d8c0.jpg



REPORTAGE VIDEO
FR3 Avant le concert
http://www.youtube.com/watch?v=A38a9AhMl80

En nous quittant, nous convenons avec Julien de nous retrouver à la sortie du concert pour une deuxième partie de tournage "à chaud".

C'est à cet instant que Thierry Meissirel, arrivant derrière moi, me tape amicalement sur l'épaule et qu'alors nous allons enfin faire connaissance.

ecaf72cbe1064054ff50beabcfcd7ebb.jpg



959b83a3cbe43ef72eb5a0401191a111.jpg

De l'autre coté de la rue un t-shirt me permet de repérer et de saluer notre ami Phil 2627 qui attendait assez stoïquement le moment de pénétrer dans le stade.




C'est un peu avant 19 H00 que Roselyne, Doc Fofo, Corinne et le Dad' s'installent dans le stade, Tribune Jean Jaurès.
J'ai enfin pu entré avec mon numérique et commence à prendre quelques clichés souvenirs, notamment avec Jacques qui passait par là (Nous avons appris de le décès de Jacques l'année suivante !)...

4b5557821fcb58f18f2f3d75c655e65e.jpg



800381082792037bb054fa89a0ce5729.jpg

En attendant le grand moment les Starsailor nous offrent une prestation assez agréable.
Nous nous sommes souvent surpris Doc et moi à taper la mesure du pied.

Contrairement à tout ce qui s'est écrit les jours précédents, d'où nous sommes, nous assistons au remplissage progressif du stade qui affichera pratiquement complet ce soir.

585f38e3bf1a11d71d23d2c9911be700.jpg



21 H05.... Le Bigger Bang explose l'écran tout comme l'intro de Start me up qui catapulte le Keith sur cette immense scène...

3c40c62aea5a99b5c673e8b6ff45d635.jpg



C'est enfin reparti pour deux heures.
Start me Up,... It's Only Rock 'n' Roll, ... She's So Cold, ... Bitch, ... Monkey Man, ... Let It Bleed, ... Midnight Rambler, le toujours gigantesque rôdeur de minuit que j'eus le plaisir d'apprécier déjà en 1970, en face du stade, dans le Palais des Sports alors que sévissait encore Mick Taylor... 290f86836ecfb2f9f8588e6c4166adc5.jpg
I'll Go Crazy, poignant hommage à James Brown avec une fantastique intervention de Lisa Fisher, craquante à souhait... Tumbling Dice....
Incroyable Jagger, infatigable showman qui dirige d'une main de maître cette bande de musiciens enthousiasmes dont on ressent à chaque morceau le plaisir qu'ils ont de partager cette addiction à notre passion.

L'ovation faite à Charlie, puis le délire pour Keith, de tout âge le public jubile... Ron Wood qui nous "force" à en rajouter.
Quelle belle ambiance.

Keith Richard négligemment accoudé au micro nous sert un émouvant You Got The Silver, magnifiquement accompagné à la guitare sèche par un non moins magnifique Ron Wood étonnant de punch et assurant parfaitement son soutien à Keith.... Wanna Hold You ....
Keith Richard, le temps de ces deux chansons a levé toutes les craintes le concernant. Ce soir il est géant comme on l'a toujours aimé.

..... Miss You qui accompagne les Stones se déplaçant sur la scène mobile qui les conduit au milieu du public... Rough Justice, ... Get Off Of My Cloud, ... Honky Tonk Women pour le retour à la scène principale qui nous tire une langue monstrueuse.
Des bras levés vers le ciel et des milliers de mains qui frappent le rythme affolant, une vague impressionnante qui remue de la pelouse jusqu'en haut des tribunes. Les poils des bras se hérissent et nos pupilles s'humidifient. Rien que du bonheur. Un vrai public des Grands Concerts. LYON, les Lyonnais et leurs invités s'éclatent après 25 ans de disette Rolling Stones. Ce soir la joie est à son paroxysme.

Puis vient le Temps de laisser Mister Jagger à s'apprêter en Malin.... Sympathy For The Devil, ...
Brown Sugar, puis Satisfaction nous font savoir que deux heures viennent de s'envoler à la vitesse du son, d'un Bigger Bang....

b27fb6a74f716bc690f24888d775ebf9.jpg



Le dernier salut avec ce qui fût lors de la sortie du Tunnel des Rolling Stones en 1968 le "nouveau Satisfaction"... Jumpin' Jack Flash.

Le temps est arrivé de la désormais traditionnelle cérémonie finale avec tous les musiciens qui nous remercient, puis les "4"... avec quelques pitreries du Pirate, qui ce soir fut grandiose......

8a651b996da52e2b43aa8441e77f3e13.jpg




Croisement de coups de téléphone, et Julien et son équipe de FR3 nous récupèrent, comme promis l'après-midi, à la sortie principale pour l'ultime prestation du Doc' et du Dad' pour la postérité !!!!!

e95b5e4e879a27c3dfcd5cd43871434e.jpg




19 juin
Nous sommes sur la route du retour, il est onze heures et quart, à la hauteur de St Etienne, un nouvel appel de Julien de FR3 qui nous demande quelques précisions sur Doc Fofo pour boucler le sujet qui passera sur FR3 sur le 12/13 de la journée.
FR3 Après le concert
http://www.youtube.com/watch?v=CktR6JiGgN0

Depuis, trotte dans nos têtes une P........ D'ENVIE d'aller les voir à BARCELONE.... Oui, mais.
M'enfin, LYON, c'était tellement inattendu ce COTE GIANT comme l'a dit Doc FOFO mon ami.

J'ai relevé ce commentaire très significatif :

"Hier soir, 18 juin, je suis allé au stade de gerland avec femme et enfants, histoire de leur "montrer ça". Accessoirrement, j'étais très désireux moi aussi de LES revoir.
Je craignais d'être déçu. Il faut dire qu'au tarif où sont vendus les billets, ils valait mieux que les Rolling Stones assurent !
Résultat : c'était vraiment top !
Je ne les avais plus vus depuis 31 ans.
Hé bien c'est toujours aussi fort.
Set super bien enchaîné, une petite vingtaine de chansons très judicieusement choisies, une scénographie très stonienne, des musiciens en forme ...etc
Vers la fin, une partie de la scène commence à s'avancer vers le public. On croit à une simple passerelle; pas du tout, la scène continue d'avancer sur plus de 50 mètres, traverse le public. Et là, les Stones jouent 2/3 chansons !
Bref, c'est toujours magique.
J'ai noté un petit changement quand même : la dimension rythmique me paraît moins présente, moins lourde.
Est-ce à cause de l'absence de Bill Wyman ?
Mais le son des guitares reste inimitable, un son qui déchire !
A quand la prochaine ?"

Ecrit par : gaillemain vincent | mardi, 19 juin 2007